Le rôle primordial du tuteur

En entreprise, le jeune stagiaire a besoin d'un tuteur, personnel qualifié, sur lequel il appuiera sa formation en milieu professionnel.

Ce tuteur sera aussi l'interlocuteur privilégié des enseignants chargés du suivi de l'élève.

SOMMAIRE

 

 
 
LE RÔLE DES ACTEURS

 

L'équipe pédagogique

L'équipe pédagogique assure l'accompagnement du stagiaire dans sa recherche d'une structure d'accueil,... Il s'agit d'une entreprise ou d'une institution, d'un service territorial, ...etc.
Elle prépare son intégration dans l'entreprise en informant le stagiaire et le tuteur sur les objectifs de la formation. C'est un préalable inévitable, surtout si le terrain d'accueil n'est pas encore connu de l'équipe d'enseignants.

Pendant la période de mise en situation professionnelle, un enseignant référent assure la liaison stagiaire - entreprise ou organisme de formation pour faire le point avec le tuteur sur les activités du stagiaire....

On peut distinguer plusieurs profils d'enseignants qui participent au suivi des PFMP (Périodes de Formation en Milieu Professionnel) :

-  le professeur principal qui coordonne l'ensembles des périodes d'une division, aidé par l'Assistant au Chef de Travaux (ATCT),

-  le professeur référent qui suit particulièrement le parcours de quelques élèves,

-  le professeur chargé de visite simple,

-  le professeur chargé de visite donnant lieu à une évaluation .

- le professeur d'enseignement professionnel de spécilaité (souvent  référent et chargé d'évaluation), 

- le professeur d'enseignement général (souvent référent ou chargé de visite simple).

La fin de chaque période en entreprise est marquée par une évaluation au regard des objectifs pédagogiques de la formation sur la base d'une  grille d'évaluation  variable suivant le niveau de qualification, la spécialité préparée, le placement  de la période dans le cycle de trois ans.

 


L'éléve, le stagiaire

 Le stagiaire s'engage à contacter son tuteur, rechercher les informations sur les conditions de vie et de travail de l'entreprise d'accueil. Il devra lire la convention de stage et prendre connaissance du réglement intérieur de l'entreprise.

 Il doit également s'impliquer dans les tâches professionnelles qu'on lui a confiées, respecter son environnement, faire valider hebdomadairement par son tuteur son dossier ou fiche de liaison ...
La fin de la période de formation doit être sanctionnée par l'évaluation des actions menées tout au long du stage. Un moment privilégié pour restituer le travail fourni et repérer les axes d'amélioration à effectuer.

 

Le tuteur

 La première mission du tuteur est de faciliter l'intégration du stagiaire dans le milieu professionnel. Les enjeux de cette mission vont donc porter sur la création d'un environnement à la fois sécurisant et structurant pour le jeune ou l'adulte en formation.
  La seconde mission est de transmettre un métier par l'acquisition de compétences professionnelles. Des objectifs de formation sont fixés. Ils peuvent aller de la simple découverte d'une profession (exemple : recherche d'orientation pour un jeune) à l'acquisition d'un diplôme professionnel (exemple : apprentissage).
Dans le premier cas, le tuteur facilitera l'observation, la connaissance des éléments constitutifs d'un métier.
  Dans le deuxième cas, le tuteur devra à la fois déterminer l'itinéraire de formation (comportement professionnel attendu, objectifs, évaluation) et les stratégies pédagogiques.

retour au sommaire

 

LES ACTIVITES LIEES AU TUTORAT

 

Accuellir et accompagner

       S'informer sur la personne accueillie et ses objectifs:

  • Pourquoi est-elle là ?
  • Pourquoi l'entreprise (ou le service) la reçoit-elle ?
  • Qu'attend t-on d'elle ?
  • Quel est son statut ?
  • Quelle formation va-t-elle suivre et quand ?
  • Être au clair sur les missions confiées au stagiaire. De quels moyens le stagiaire va-t-il disposer ?
  • Préparer les informations nécessaires à l'accueil (présentation de l'entreprise, plans...).
  • Informer les collègues de travail qui vont constituer l'environnement relationnel de la personne accueillie.
  • Préparer une coordination avec les collègues qui participeront à l'accueil du nouvel arrivant.

 

Accueillir

Faire connaissance par une présentation mutuelle et Présenter :

  •  le service
  • l'atelier
  • le chantier
  • l'entreprise
  • le travail, l'organisation et les conditions d'hygiène et de sécurité en vigueur dans l'entreprise.
  • Présenter les personnes pouvant être amenées à devenir interlocutrices du nouvel arrivant.
  • Organiser les activités de tutorat en concertation avec la personne.

 

Accompagner

 Faciliter les rapports entre le nouvel arrivant et les autres salariés sur les lieux de travail.
  Le mettre en relation avec les acteurs susceptibles de favoriser son intégration ou de résoudre certains problèmes.
Planifier des périodes de bilan en fonction des objectifs assignés (bilan relationnel, d'adaptation, d'acquisition).

 

Organiser une progression dans l'apprentissage

 C'est une des tâches les plus importantes à réaliser pour le tuteur qui doit prévoir une succession d'activités de difficulté croissante en précisant pour chacune d'elles le lieu, le contexte, la durée et les attentes.

Il s'agit :

  •  d'identifier les objectifs de formation,
  • d'établir un programme pédagogique (lieux, durées, activités, mode d'évaluation),
  • d'être cohérent avec le programme du centre de formation,
  • d'organiser une progression (complexité croissante des activités), 
  • d'informer et d'associer les différents acteurs du parcours défini (supérieurs hiérarchiques, tuteurs sur le poste de travail, autres collègues).

 

Former sur le poste

  La situation de formation mise en place doit s'insérer dans un processus de production, le stagiaire étant intégré dans des situations réelles de travail.

  Le tuteur devra créer les conditions favorables à l'acquisition des savoir-faire dans un cadre de sécurité.

Identifier les situations les plus riches en potentialités d'apprentissage.

  • Préparer les séquences de travail.
  • Quels objectifs de formation ?
  • Quelles informations donner ?
  • Quelles consignes transmettre ?
  • Quelle aide apporter ?
  • Quel contrôle assurer ?
  • Présenter le travail.
  • Indiquer les résultats attendus.
  • Situer le travail dans son contexte.
  • Donner les formations et les consignes.
  • Montrer les gestes.
  • Vérifier qu'il y a compréhension.
  • Suivre la réalisation en fonction du mode d'accompagnement choisi (contrôle continu, sur demande, à posteriori).
  • Revenir sur la démarche et les techniques employées une fois le travail accompli
  • Faire s'exprimer la personne sur les modes opératoires utilisés et identifier avec elle les points forts et faibles du processus d'apprentissage.
 
Apprécier les progrès et évaluer les acquis

 On peut envisager deux types d'évaluation.
  - L'évaluation formative:

 Elle permet de suivre la progression par rapport à l'objectif initial et de mettre en oeuvre des actions correctives.
Le tuteur et le stagiaire coopèrent pour :

  •  négocier le parcours de formation ainsi que la planification des bilans,
  • élaborer un tableau de bord intégrant les objectifs de formation et leur déclinaison en objectifs pédagogiques,
  • effectuer régulièrement un bilan des acquis,
  • analyser régulièrement les problèmes,
  • mettre en oeuvre d'éventuelles modalités d'auto-évaluation.

  - L'évaluation certificative:

  Elle est mise en place pour effectuer un contrôle en cours de formation. Elle peut être un élément intervenant pour la délivrance d'un diplôme, d'une habilitation ou d'une certification dans l'entreprise.

Le tuteur doit :

  • connaître les référentiels d'évaluation et de formation (compétences visées par la formation),
  • construire des situations épreuves permettant de vérifier si les compétences professionnelles ont été acquises
    (situations d'évaluation sur poste simulant tout ou partie d'une situation réelle de travail),
  • participer à un bilan final en lien avec le centre de formation et en se basant sur les documents fournis par ce dernier (livret de liaison ).

Le tuteur, acteur de la formation, peut-être amené à :

  • participer à l'élaboration du plan de formation (contenu, modalités de l'alternance).
  • renseigner les supports de liaison entre l'organisme de formation et l'entreprise.
  • participer à la régulation de la formation avec les différents acteurs de l'alternance (coordinateur, formateur, responsable de l'organisme de formation et de l'entreprise).

 

Participer à la concertation avec l'organisme de formation

 Le tuteur, acteur de la formation, peut être amené à :
participer à l'élaboration du plan de formation (contenu, modalités de l'alternance), renseigner les supports de liaison entre l'organisme de formation et l'entreprise, participer à la régulation de la formation avec les différents acteurs de l'alternance (coordinateurs, formateurs, responsables de l'organisme de formation et de l'entreprise).

retour au sommaire

 

 

 

LES COMPETENCES DU TUTEUR

 

Les compétences relationnelles

 Elles sont principalement liées aux activités d'accompagnement. Le tuteur doit être capable :
d'établir et d'entretenir des relations avec le stagiaire, de créer des situations de communication dans un contexte de relations hiérarchiques et de productivité, de conduire un entretien (attitudes d'écoute et d'accompagnement).

 

Les compétences pédagogiques

  Pour construire le parcours de formation et mettre en place des situations de travail formatrices, le tuteur doit être capable :

- de définir les différents aspects de son métier (techniques utilisées, ordonnancement) et les présenter à une personne non initiée,
- de définir et présenter l'organisation du travail en situant le poste dans le processus général de production, de formuler des objectifs de formation permettant de conduire et d'évaluer le parcours de formation en situation de travail.

-de varier les méthodes pédagogiques (expliquer, montrer, mettre en situation) -d'analyser une séquence de travail à la fois en terme de démarche à suivre et de résultat attendu.

 

Les compétences managériales

  En situant le tutorat en tant que fonction à part entière de l'entreprise, il faut prendre en considération les différentes interactions qui en résulteront.
Le tuteur doit être capable :

  •  d'associer d'autres acteurs de l'entreprise à sa démarche,
  • de négocier avec ceux-ci en tenant compte de leurs contraintes,
  • de mettre en place une stratégie d'évaluation intégrant différents éléments (partenariat, contexte, co-évaluation).

retour au sommaire

 

 

 

  L' EVALUTATION DU STAGIAIRE

 

En fonction du niveau et du type de diplôme ou de certification préparé, le tuteur doit évaluer :
- le comportement général du stagiaire,
- les compétences professionnelles de celui-ci.
Cette évaluation est conduite en relation et avec l'aide de l'équipe pédagogique.

Exemples de grilles d'évaluation niveau Bac Professionnel :

Electrotechnique,énergie,équipements communiquants

Maintenance des équipements industriels

Comptabilité

 

retour au sommaire

 

LA LEGISLATION

 

Introduction

 La loi « pour l'égalité des chances » n°2006-396 du 31 mars 2006 a réformé le dispositif d ‘accueil des stagiaires en entreprise.

Ainsi :
  Les stages, qu'ils soient obligatoires ou non, doivent faire l'objet d'une convention tripartite entre le stagiaire,l'entreprise d'accueil et l'établissement d'enseignement.

  Ces stages, ne peuvent désormais excéder six mois au total à l'exception de ceux intégrés à un cursus pédagogique.
  Le stage, d'une durée supérieur à trois mois consécutifs, doit faire l'objet d'une gratification.

Recourir à un stagiaire : des finalités uniquement pédagogiques.
   Le stage doit apporter une expérience concrète concernant les missions qu'il aura à effectuer lorsqu'il sera diplômé.
Le stagiaire n'est pas un salarié. En dehors du projet pédagogique, aucune mission ou fonction ne peut être confié.
A contrario le stagiaire n'est pas « le préposé à la photocopieuse ou à la
cafetière... »

 

Objectifs de la convention

 Elle permet de clarifier la durée du stage , l'objet et les missions du stagiaire, le rôle du tuteur. C'est un moyen de faire le point entre le stagiaire , l'établissement et l'entreprise. Elle précise les droits et les devoirs de chacun. Outre la mission du stagiaire, les horaires, les conditions de travail, la gratification ; l'entreprise s'engage par écrit sur la formation qu'elle apporte au stagiaire. Son rôle est également primordial en terme d'assurances, puisqu'elle notifie les cotisations des trois parties (elle précise la couverture sociale et garantit des risques d'accident du travail). En cas de litige, elle est le seul document de référence.
La convention de stage n'est pas un contrat de travail et elle ne lie pas le stagiaire à l'entreprise, qui peut à tout moment, interrompre le stage. Mais cela ne peut entraîner aucune indemnité  (comme dans le cas d'un licenciemnet).

 

Contenu de la convention de stage

 Les mentions à faire figurer sur la convention de stage doivent, selon le décret n° 2006-1093 du 29 août 2006 , comporter 11 clauses contenant les informations obligatoires suivantes :

Les établissements d'enseignement élaborent leur propre convention de stage adaptée à la formation suivie par le stagiaire.
Convention type

  L'entreprise peut bien entendu demander à ce que soient portées ou modifiées certaines mentions. L'entreprise peut proposer sa propre convention de stage le cas échéant.
  L'entreprise doit établir et tenir à jour la liste des conventions de stage qu'elle a conclue.

 

Stages concernés

La loi pour l'égalité des chances vise tous les stages, qu'ils soient obligatoiresou non à l'exception :
Des stages de la formation professionnelle continue.
Des stages ou séquences d'observation en entreprise réalisés par des jeunes de moins de 16 ans
.

 

 

Statut du stagiaire

 

Le stagiaire n'est pas salarié par l'entreprise.
La convention de stage ne vaut pas contrat de travail.
Il n'a pas le statut salarié.
Son passage en entreprise n'a qu'un but pédagogique et de formation.

Même s'il peut être tenu d'exécuter des tâches à caractère professionnel, le stagiaire est dans l'entreprise pour apprendre et/ou observer et n'a donc pas d'obligation de production comme les salariés.
A ce titre :
-Il ne peut se prévaloir du bénéfice des conventions ou accords collectifs applicables dans l'entreprise,
-Il n'est pas pris en compte dans l'effectif de l'entreprise,
-Il reste soumis à son régime de sécurité sociale.
-Il n'est pas rémunéré, même s'il peut ou doit, selon les cas percevoir une gratification
Le stage peut être rompu à tout moment sans formalités particulières


Le stagiaire n'est pas salarié mais doit néanmoins se conformer aux règles internes qui régissent l'entreprise et ce afin de maintenir les bons fonctionnement des services.
A ce titre :
-Il doit respecter les horaires, la discipline, les règles de sécurité, d'hygiène
-Il bénéficie d'une protection contre les accidents du travail
-Il bénéficie des règles protectrices relatives à la discrimination, à la durée du travail des jeunes (pas d'heures supplémentaires etc...)
-Il peut bénéficier, avec l'accord de l'entreprise de titres restaurants, du remboursement d'une part des transports collectifs et ce au même titre que les salariés

Dans un souci d'efficacité tout stage doit faire l'objet d'un double encadrement par :
Un enseignant de l'établissement
Un membre de l'entreprise

 

Le stagiaire reçoit il une somme d'argent?

 Une gratification est obligatoire pour tous les stages de plus de trois mois. Cette gratification n'a pas le caractère d'un salaire.
Cette gratification peut être fixée par convention de branche ou par accord professionnel étendu. A défaut le montant horaire est fixé à 12.5% du plafond horaire de la sécurité sociale (plafond égal pour 2008 à 21€).

Lorsqu'elle est due, cette gratification de stage :
-Est versée mensuellement au stagiaire
-Est due à compter du 1er jour du premier mois du stage
-Est due sans préjudice du remboursement des frais engagés pour effectuer le stage et des avantages offerts le cas échéant, pour la restauration, l'hébergement et le transport.

 

Quelle est la durée maximale d'un stage?


  La durée, visée par la loi du 31 mars 2006, varie selon sa finalité du stage :
Elle n'est pas limitée si le stage est intégré dans le cursus pédagogique et il est donc nécessaire à l'obtention du diplôme.
Elle est limitée à 6 mois par an, renouvellement inclus, si le stage ne s'intègre dans aucun cursus pédagogique (pas obligatoire pour la formation ou pour l'obtention du diplôme).
Notifiée dans la convention de stage, la durée peut être prolongée, sans excéder au total 6 mois, à condition de rajouter un avenant à cette convention.

 

Les cotisations sociales sont elles dues?

En application du décret n°2006-757du 29juin 2006 les employeurs et les stagiaires bénéficient d'une exonération de charges sociales dans la limite où les sommes versées par l'employeur  (gratification) restentinférieures ou égales à 12.5% du plafond horaire de la sécurité sociale pour une durée de présence égale à la durée légale du travail (35 heures).
  Ce plafond est réduit à proportion en cas de stage à « temps partiel ». Si le stagiaire est présent 3 jours sur 5 dans l'entreprise, l'entreprise sera exonérée de cotisation et contribution sociales à hauteur de 3/5.

 

Existe -t-il des tâches interdites aux stagiaires mineurs ?

Le  code du travail définit la liste des travaux interdits aux jeunes travailleurs (dont font partis les stagiaires)

    Chapitre III - Section 2 - Travaux interdits

 Toutefois un dispositif de dérogation est prévu pour permettre, sous certaines conditions, la formation des apprentis ou élèves mineurs .

  Chapitre III - Section 3 - Travaux réglementés

 

Y-a-t-il des choses à ne pas oublier?

 Recourir à un stagiaire : les interdictions : Remplacer un salarié en cas d'absence, de suspension de contrat de travail ou de licenciement,
Exécuter une tâche régulière correspondant à un poste de travail permanent
,
Faire face à un accroissement temporaire d'activité de l'entreprise,
Occuper un emploi saisonnier.
Les dispositions relatives à la lutte contre la discrimination s'appliquent à l'accès au stage.
  En application de l'article L.122-45 du code du travail « aucune personne ne peut être écartée [...] de l'accès à un stage [...] en raison de son origine, de son sexe, de ses moeurs, de son orientation sexuelle, de son âge, de sa situation de famille, ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions, politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de ses appartenances physiques, de son patronyme ou en raison de son état de santé ou handicap ».

Attention à la requalification du stage...
En cas de litige, le juge peut requalifier un stage en contrat de travail, si

  • Il n'y a pas eu signature d'une convention de stage
  • Le stagiaire effectue une mission considérée sans finalité pédagogique,si le stagiaire effectue des tâches productives
  • Il apparaît un nombre trop élevé de stagiaire par rapport à la taille de l'entreprise ou qu'ils se poursuivent au-delà du terme de la convention de stage.

En cas de dérapage, les sanctions peuvent être lourdes pour l'entreprise : rappel de salaire, dommages et intérêts, travail dissimulé (45 000 € d'amende et 3 ans d'emprisonnement) voir abus de vulnérabilité ou de situation de dépendance (150 000 € d'amende et 5 ans d'emprisonnement).

 retour au sommaire

 

Modifier le commentaire 

par Admin Guynemer le 29 sept. 2014 à 09:45

haut de page